en rentrant de la ville et de son grand magasin, j'ai trouvé le contraste étonnant. Je me suis habitué à Gwiniz et ses copines: elles ont l'air complétement indifférentes à la nervosité, l'agitation et autres tensions qui accompagnent inévitablement les rites de fin d'année.

Tout ce qui intéressent les bestioles, c'est manger, boire, pondre (et faire toutes les bêtises possibles et imaginables, allant parfois au delà de l'imagination).

Gwiniz2 (1)